Publikationen (Stand 18.3.2020)

20181208_120907

Dies ist eine Zusammenstellung der Publikationen von Robert Kappel. Alle Publikationen der letzten dreißig Jahre sind mit einem einfachen Click als pdf datei zugänglich. Die Veröffentlichungen befassen sich mit Afrika, Klein- und Mittelunternehmen, globale Machtverschiebungen, deutsche und europäische Afrikapolitik u.a. Die Liste wird weiter aktualisiert und ergänzt.

This is a compilation of the publications of Robert Kappel. All publications during the last thirty years are accessible with a simple click as pdf file. The publications deal with Africa, small and medium-sized enterprises, global power shifts, German and European Africa policy, etc.

hier pdf datei. click for pdf:

Publikationen.RK.19.3.2020. pdf

 

Performanzanalyse Subsahara Afrika

20181206_125228

Performanzanalyse Subsahara Afrika

Robert Kappel und Birte Pfeiffer

Hamburg 2013: GIGA

Download der Studie hier: https://www.ssoar.info/ssoar/handle/document/66835

In der vorliegenden Studie wird eine differenzierte Performanz-Analyse Subsahara Afrikas vorgelegt, wobei im Mittelpunkt der Untersuchung die ökonomische Entwicklungsfähigkeit fast aller Länder des subsaharischen Afrika steht. Ausgehend von der Analyse der makro-ökonomischen Entwicklungen werden zunächst verschiedene Forschungsbeiträge gewürdigt. Im zweiten Schritt nehmen wir eine Bewertung der wichtigsten Potentialstudien vor, um anschließend die Methodik für einen eigenen Performanzindex zu entwickeln und eine Performanzanalyse vorzunehmen. Die Erstellung des Performanzindex Afrika (PIA) ist aus unserer Sicht nützlich, da er ein Länder-Ranking der Performanz aller einbezogenen Länder Subsahara-Afrikas auf der Basis eines Modells, der angewendeten Methodik und entsprechenden Kriterien vornimmt. Die Studie wendet sich an Entscheidungsträger in Politik und Wirtschaft, an Verbände, an die politischen Stiftungen und Nicht-Regierungsorganisationen, an Banken, Unternehmen, Beratungsfirmen, Ministerien, Organisationen der Entwicklungszusammenarbeit und supra-nationale Einrichtungen, die in Subsahara- Afrika engagiert sind.

mehr Texte vom Autor: Kappel, Robert

 

 

 

Der Aufstieg der BRICS und Europas Zukunft in der Weltwirtschaft

20181207_141314

Robert Kappel
Wirtschaftspolitische Blätter (2013) 2, 193-208

Gesamter Text hier: https://www.ssoar.info/ssoar/handle/document/66822#

mehr Texte vom Autor: Kappel, Robert

 

Abstract

Die BRICS und andere Gruppen von Emerging Economies haben in den letzten zwei Jahrzehnten ein zumeist hohes Wirtschaftswachstum verzeichnen können. Sie werden zu wichtigen Wachstumspolen der Weltwirtschaft. Gegenwärtig zeichnet sich eine globale wirtschaftliche Machtverschiebung ab. Die BRICS – allen voran China – weisen nicht nur eine gute wirtschaftliche Performance auf, sondern sind zunehmend auch in der Lage, durch Kooperation miteinander in der G20, in internationalen sowie regionalen Organisationen die Neuordnung der Welt mitzugestalten. Diese globale Machtverschiebung geht jedoch nur langsam voran, da die BRICS interne Schwächen aufweisen. Die Länder der Europäischen Union (EU) verzeichnen zwar insgesamt einen relativen Bedeutungsverlust, sind jedoch als EU weiterhin der wichtigste Wirtschaftsraum der Welt. Gelingt es, die Finanzkrise zu überwinden und einige strukturelle Probleme zu beseitigen, wird die EU auch vom Aufstieg der Emerging Economies profitieren. Dennoch ist es auch erforderlich, vertieft mit den BRICS zusammenzuarbeiten, um mit ihnen einen gemeinsamen Beitrag zur Lösung globaler Probleme zu leisten.

Gesamter Text hier: https://www.ssoar.info/ssoar/handle/document/66822#

mehr Texte vom Autor: Kappel, Robert

 

Business constraints and growth potential of micro and small manufacturing enterprises in Uganda

20181207_140449

Esther K. Ishengoma, University of Dar es Salaam, and Robert Kappel, University of Leipzig
https://www.ssoar.info/ssoar/handle/document/66795
Source: Business Management Review, 11 (2007) 1: 1-29

Ugandan micro and small enterprises (MSEs) still perform poorly. Studies associating poor performance of manufacturers with lack of finance and low investment ignore micro enterprises. Those focusing on MSEs are either exploratory in nature or employ a
descriptive analysis, which cannot show the extent to which business constraints explain the performance of MSEs. Thus, this paper tries to examine the extent to which the growth of MSEs is associated with business constraints while controlling for owners’ attributes and firms’ characteristics. The results reveal that MSEs’ growth potential is negatively associated with limited access to productive resources (finance and business development services), high taxes and lack of market access.

Favouritism in Uganda: How the political economy impacts micro and small enterprise development

Favouritism in Uganda: How the political economy impacts micro and small enterprise development
Robert Kappel and Babette Never
Leipzig and Bonn 2017

Full text: https://www.ssoar.info/ssoar/handle/document/66777

Micro and small enterprises (MSE) build the vast majority of businesses in Uganda. This contribution shows that their economic development is not only hampered by ‘normal’ business constraints faced by many MSEs in developing countries. The system of favouritism prevailing in Uganda’s political economy disproportionally affects the MSE sector, impacting the country’s economic development to some extent as well. This contribution introduces a new concept of political economy for MSE development based on (1) corruption/rent-seeking, (2) a possible political bias in economic policy towards larger businesses, reflected in the institutional support structure (3) the economic and lobbying power of big enterprises vs. MSEs, (4) and a potentially biased tax system. The concept is applied to the Uganda under Museveni’s rule in the period 1994-2014, giving empirical insights that show how political and economic development are intertwined and to what extent this affects MSE development.

Economic relations between Africa and Europe: How can they contribute to overcoming inequality?

DSC02885

Economic relations between Africa and Europe: How can they contribute to overcoming inequality?
Robert Kappel
Paper presented 5 September 2017, Windhoek, AFRICAN-EUROPEAN PARTY DIALOGUE OF SOCIALISTS & DEMOCRATS. Overcoming Inequality as a Political Challenge

Over the past ten years, the EU and Africa have built a strong partnership, enshrined in the Joint Africa-EU Strategy (JAES). Today the European Union (EU) is collectively Africa‘s main foreign investor, its principle trading partner, a key security provider, and its most important partner in development and humanitarian assistance. At the end of November, 2017, African and European Heads of State will meet in Abidjan for the 5th Africa-EU Summit. This high-level event will discuss African-European partnership and start debating the renegotiation of the Cotonou Partnership Agreement (CPA), which remains a highly relevant framework.
Since the mid-1990s African countries have been experiencing a period of increased GDP growth and real GDP per capita growth. Inflows of foreign direct investment (FDI) into Africa have also increased due to investment in African resources and growing African markets. More investment in services, construction and consumer sectors indicate a discreet shift to more labour-intensive industries. Economic performance and competitiveness has also improved in some African countries. Moreover, Africa is diversifying, the digital transformation is fast, and African enterprises have started to integrate themselves into regional and global value chains (GVCs).
Still, these encouraging trends are often fragile and not yet inclusive or sustainable enough to offer better prospects for a large part of the population, and especially for Africa‘s growing number of young people. Many countries have been unable to reform and to recover from conflict and from fragility. Many countries still face severe constraints on their sustainable economic development and overall economic growth on the African continent is slowing down. Poverty is widespread and inequality is on the rise. Today every country in Africa is less equal than it was in 2010; the trickle-down benefits of economic growth have been relatively small. Branko Milanovic (2016) shows that the concentration of wealth in Africa in the hands of the wealthy is a long-run global trend. Africa’s long-term decline towards inequality is the outcome of an increasingly capital-driven economy, which spur GDP growth but partly drive inequality. IMF and World Bank have forecast an average of about 3% economic growth for sub-Saharan Africa over the couple of years, though it warned that “extreme poverty remains high across the region”. Their reports show deepening inequality across the continent.
By 2050, Africa‘s population will be 2.4 billion people. Sub-Saharan Africa (SSA) needs to create 18 million new jobs each year up to 2035 to absorb new labour market entrants, compared to the three million formal jobs created during the last years. Given the small size of the formal sector a majority of young people will be forced to work in the informal economy. The way these changes will be managed politically and economically will define the future of the continent. The causes of rising inequality in Africa are a matter for debate also in the EU-Africa negotitions.
Africa-EU relationship is forced to redefine their partnership in 2017, mainly due to the following reasons:

– In a changing global environment, Africa is experiencing profound economic, political and societal changes, and its importance to the internal and external dimensions of Europe‘s security and prosperity is becoming ever more obvious. Europe and Africa can gain from increased political and economic cooperation.
– Africa’s deep structural transformation requires prospective and fundamental realignment, incl. the concepts and strategies beyond ‘traditional’ development issues.
– Trade relations: The African Union (AU) and the African states identify external trade as one of the key objectives, incl. increased intra-regional trade in Africa.

As overcoming inequality is an overarching topic, this paper will deal with the following main question: How can economic relations between Africa and Europe contribute to overcome inequality and asymmetries and reduce inequality, poverty and unemployment? The first chapter outlines major tasks of EU-African partnership. The second chapter explains the dynamics of inequality on the African continent and why growth in SSA is not closely linked to reduced inequality. The third chapter evaluates growth and structural change of African economies. It will deal with new trends in African development and why it is necessary that EU-African cooperation requires a revision of their agenda, regarding industrial development and employment creation. The conclusion of the paper will deal with strategies and concepts for economic cooperation having in mind that inequality is related to poverty, unemployment and limited life chances of many Africans, who are forced to migrate and survive in informal economies.

Full text click here: https://www.ssoar.info/ssoar/handle/document/66756

 

Le pacte du G20 avec l’Afrique: L’audace d’espérer

Anfang 2017 260

Le pacte du G20 avec l’Afrique: L’audace d’espérer

Robert Kappel et Helmut Reisen
7.2.2020

Voyez l’étude complète:
Le pacte du G20 avec l’Afrique: L’audace d’espérer (Robert Kappel et Helmut Reisen), Berlin: Friedrich-Ebert-Stiftung, Section Afrique, Janvier 2020. http://library.fes.de/pdf-files/iez/15976.pdf

Si l’Afrique a déjà bénéficié de nombreuses initiatives du G7, le « Pacte avec l’Afrique » (Compact with Africa, CWA) constitue le premier programme de grande ampleur entre le G20 et ce continent.

Le CWA a pour principal objectif de rendre plus attrayants les investissements privés en Afrique au travers d’améliorations significatives des cadres macro-économique, entrepreneurial et financier. Il vise à créer un effet de levier afin de stimuler le financement privé des projets d’infrastructures, par le biais de financements mixtes, et ainsi mobiliser les flux d’investissements directs étrangers (IDE). Le Pacte réunit certains pays africains, des organisations internationales – principalement le FMI, le Groupe de la Banque mondiale (GBM) et la Banque africaine de développement (BAD) – ainsi que des partenaires bilatéraux du G20 dans le but de coordonner les programmes de réformes nationaux, soutenir les mesures politiques de chaque pays et promouvoir auprès du secteur privé les possibilités d’investissements. Par l’intermédiaire du Groupe consultatif africain (AAG), le G20 réalise un suivi des progress accomplis en matière de gouvernance et de flux de capitaux transfrontaliers.

En principe, tout pays africain peut adhérer au Pacte. Néanmoins, la composition actuelle du CWA rappelle l’initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE) lancée dans les années 1990, ce qui donne à penser que des concordances politiques peuvent avoir influencé la sélection des États partenaires du CWA. Parmi les douze participants du CWA, les neuf pays à faible revenu (PFR) ont bénéficié de l’initiative en faveur des PPTE et d’un allègement de la dette de la part de créanciers bilatéraux du Club de Paris à compter de 1996. En outre, l’Initiative d’allègement de la dette multilatérale (IADM) adoptée en 2005 a donné lieu à l’annulation des créances du Fonds monétaire international (FMI), du Groupe de la Banque mondiale (GBM) et de la Banque africaine de développement (BDA) sur les pays ayant atteint leur point d’achèvement (pays ayant répondu à toutes les conditions de l’Initiative). Ce sont précisément ces institutions multilaterals qui gèrent aujourd’hui l’initiative du Pacte. En ce sens, le CWA n’est que du déjà vu pour les pays pauvres très endettés en Afrique.

Ainsi, les partenaires du CWA sur le continent ont donc toujours eu un « seuil de tolérance à la dette » peu élevé. Compte tenu de la capacité limitée de ces États à mobiliser des recettes fiscales, il est étonnant que le Pacte prône l’utilisation d’instruments financiers qui tendent à augmenter la dette liée aux infrastructures et les charges budgétaires implicites, tels que le mixage et les partenariats public-privé (PPP).

Pour assurer le suivi des partenaires du Pacte en Afrique, le G20 se réfère essentiellement à des indices reconnus internationalement, comme l’indice de la facilité de faire des affaires de la Banque mondiale (EoDB). Cependant, ces indicateurs ne reflètent que les perceptions de groupes restreints d’individus qui ont pour la plupart été formés dans des pays développés, et servent implicitement à mesurer des niveaux de développement plutôt qu’une transformation durable. Les indices de gouvernance utilisés par le CWA ne prennent pas nécessairement en compte les moteurs de changements institutionnels, économiques, politiques et sociaux. La qualité des institutions, mesurée dans le cadre de l’exercice annuel d’évaluation de la politique et des institutions nationales (CPIA), fait également partie des éléments clés du dispositive de suivi intégré au CWA. Les résultats de la CPIA, piliers des analyses de viabilité de la dette menées par le FMI et la Banque mondiale, déterminent la disponibilité à l’investissement des pays partenaires (« investissabilité »). L’analyse de viabilité de la dette du FMI fournit un renseignement important aux investisseurs de portefeuille et créanciers privés, nationaux comme étrangers, et peut freiner les nouvelles entrées de capitaux privés.

Alors qu’un faible niveau de revenu par habitant constitue traditionnellement un frein pour les flux de capitaux privés transfrontaliers, l’une des vocations du Pacte peut avoir été de stimuler ces flux de capitaux, notamment au moyen d’instruments d’atténuation des risques. Il serait absolument remarquable que le CWA parvienne à stimuler les apports de capitaux privés dans les pays africains partenaires, y inclus le financement des infrastructures sur le continent africain.

Pourtant, le secteur privé n’a que très peu participé dans le passé. Toutefois, le CWA aspire à répondre à la tendance à la baisse de l’aide publique au développement (APD), qui entraîne un besoin croissant de financement de la part du secteur privé.

Deux ans ne suffisent sans doute pas pour évaluer l’efficacité du CWA à remplir ses objectifs. Jusqu’à présent, l’approche adoptée dans les documents officiels était surtout orientée sur les moyens mis en oeuvre plutôt que sur leurs résultats effectifs. La présente étude s’appuie a contrario sur les données les plus récentes obtenues sur la gouvernance, la dette, les flux de capitaux et l’épargne dans les douze États actuellement partenaires du CWA. Si les indices de gouvernance se sont améliorés depuis 2016, les IDE et les épargnes nationales n’ont toutefois pas évolué en conséquence, et ont même chuté dans la majorité des pays participants au cours de la période 2017-2018. De ce fait, renverser la tendance de la dette publique s’est avéré impossible dans la plupart des cas. À la lumière des données macro-économiques examinées dans cette étude, l’optimisme affiché jusqu’ici dans les rapports de suivi du CWA semble bien illusoire.

Dans son rapport de suivi de 2019, le Centre africain pour la transformation économique (ACET) a conclu que le CWA ne garantit pas la réciprocité d’engagement des investisseurs, ce qui remet en cause sa « proposition de valeur ». Par conséquent, même deux ans après son lancement, l’initiative du Pacte n’est pas encore bien comprise par les gouvernements des pays impliqués, qui ne se le sont pas totalement approprié. Notre enquête a révélé des doutes, même à Berlin, quant à la relation de cause à effet attendue par le CWA, à savoir la mise en oeuvre de réformes par les pays africains partenaires, qui engendrerait une augmentation des investissements privés.

Il n’est absolument pas certain que les pays du CWA parviennent à former un groupe de pays à revenu intermédiaire (PRI). Quelques-uns le pourraient, à condition d’être en mesure de puiser dans leur potentiel économique. Il faudrait pour cela que les politiques économiques des pays africains et le CWA engendrent une transformation structurelle. Pour le moment, l’évolution structurelle est lente, tout comme la modernisation de l’agriculture. L’informalité et, par conséquent, la pauvreté, sont endémiques. Dans les années 2010 pourtant, avant le lancement du Pacte, la hausse des IDE et le niveau élevé des taux de croissance, grâce notamment aux nombreuses réformes mises en oeuvre (politique industrielle, amélioration des indices de gouvernance et de développement humain [IDH]), prêtaient à l’optimisme. En coopérant avec les pays du G20, les membres du Pacte peuvent espérer réduire davantage aussi bien la pauvreté que le chômage. Notre étude décrit en détail la situation de trois pays très distincts du CWA, avec lesquels l’Allemagne a mis en place un partenariat spécial : l’Éthiopie, le Ghana et le Sénégal. La presence de la Chine et d’autres partenaires émergents a favorisé la croissance dans ces trois États ces dix dernières années, grâce à une hausse des prix des matières premières, l’octroi de prêts de la part de pays autres que ceux du Club de Paris et la suppression des goulets d’étranglement des infrastructures afin d’améliorer la logistique commerciale. Par ailleurs, ces pays sont caractérisés par un secteur agricole important et un niveau élevé d’informalité. Dans ces États, le secteur manufacturier ne permet pas de créer suffisamment d’emplois de meilleure qualité, surtout compte tenu du nombre de jeunes arrivants sur les marches du travail respectifs. La croissance économique a été majoritairement « non créatrice d’emplois », puisqu’elle n’a pas permis de remédier au chômage pour une grande partie de ces jeunes. Le déséquilibre entre l’offre et la demande de travailleurs s’est traduit par une hausse durable du chômage. L’accès restreint aux devises et à des mécanismes de crédit adéquats désavantage fortement les entreprises manufacturières, qui dépendent fortement des importations de matières premières, et en particulier les petites et moyennes entreprises (PME). Le CWA se veut un plan directeur complet pour le développement des pays africains retenus, visant à accroître la participation du secteur privé de sorte que les pays ne s’en remettent pas entièrement aux aides publiques. Il présente néanmoins de grands défauts de construction qui nuisent à son efficacité. Comme nous l’avions évoqué dans notre rapport de 2017, le Pacte ne semble pas adapté à l’objectif pour lequel il a été créé, à savoir favoriser la mobilisation des ressources des pays africains à faible revenu.

– Alors que le CWA est entré dans sa troisième année, on constate que les volumes attendus de flux de capitaux propres transfrontaliers ne se sont pas concrétisés, pas plus que les ressources nationales n’ont pu être mobilisées. Il s’est donc avéré impossible de renverser la tendance de la dette publique dans la majorité des pays. La faute n’en est pas aux pays participants, puisque leurs indices de gouvernance se sont pour l’essentiel améliorés. Alors qu’ils ont honoré leur part du marché, le renforcement des flux de capitaux propres transfrontaliers et des ressources nationales n’a pas été au rendez-vous….

voyez l’étude complète: Le pacte du G20 avec l’Afrique: L’audace d’espérer (Robert Kappel et Helmut Reisen), Berlin: Friedrich-Ebert-Stiftung, Section Afrique, Janvier 2020. http://library.fes.de/pdf-files/iez/15976.pdf

 

English version:
https://www.fes.de/en/africa-department/more-posts-africa-department/study-g20-compact-with-africa